Les enfants et l’Internet

  

L’Internet est unmerveilleuse technologie qupermet augende communiquer entre eux à l’échelle de la planète, de jouer, d’écouter de lmusique et de chercher de l’information sur des sujets inimaginables. Les enfantd’aujourd’huont granddans un milieu électronique et ne songuère intimidés par lnternet. Il est tout à fait naturel pour eux de communiquer pacourriel avec des amis ou d’écouter les plus récents succès du palmarès musical à partir de lordinateur la tablette ou le smartphone. Mais, bien que les enfants aient souvent appris à cliquer avanmêmdécrire, il est  important qules parentencadrenles activités virtuelles d leurs enfants et les protègent lors de leur navigation dans le cyberespace.

 

Selon une enquête de Réseau Éducation-Médias, 99 % des jeunes canadienondéjà utilisé l’Internet, et 8 jeunes sur 10 y ont accès à la maison. Malgré ces données, 75 % des enfants canadiens disent que leurs parents ne les surveillent jamais pendant qu’ils naviguent et plude la moitié d’entre eux déclarenque leurs parents ne vérifienjamais les sites qu’ils ont visités. Ces résultats sont étonnantssurtout qul’Internet peut s’avérer umilieu virtuel dangereux. La pornographie, les jeudhasardlpropagandhaineuse, le cyber prédateur, le piratage, le téléchargement illégal, l’information sur la drogue, le suicide et la confectiode bombes… cela suffiraipour que touparenveuille débrancher l’ordinateur.

 

Heureusement, vous pouvez proger vos enfants en suivant quelques conseils dbase.

 

Être bien renseigné

                     

Vous ne connaissez rien des ordinateurs et encore moinde l’Internet ? Même si vous êtes un utilisateur ignorant les secrets de l’internet, vous ne devez pas pouautant laisser vos enfantnaviguedans Internet sans surveillance.

 

Faites-vous udevoir d’apprendre ce que l’Internet et son fonctionnement. Apprenez aussi à utiliser le courrier électronique, la messagerie instantanée, les groupes de discussions, les moteurs de recherche, les programmes de partage de fichiers et tout autre logiciel auquel voenfants ont accès. Les cours d’Internet sont offerts dans plusieurs endroits dont les bibliothèquepubliques, les collèges, et plusieurs ressources sont accessibles sur Internet. Encore mieux, demandez à vos enfants de voumontrer tout ce qu’ils font en ligneCela vous permettra ainsi de passer du temps précieux avec vos enfants et, du même coup, parfaire vos connaissances en informatique.

 

               Communiquez avec vos enfants      

            

Assurez-vous de discuter avec vos enfants des dangers de l’Internet et du comportement qu’ils doivent adopter lorsqu’ils naviguent dans le cyberespace. Puisque n’importe qui peut créer un site Web, les faux renseignements qu’on trouve danInternet sont un problème. Dites à vos enfants de vérifieles « faits » qu’ils découvrent dans Internet auprès dune source fiableconsultant un parentuenseignant ou ubibliothécaire.

 

Nhésitez pas à parler à vos enfants des sites inappropriés, des documents haineux et même de lpornographie. Plude la moitié des jeunes internautes ont accédé par hasard à des sites pornos ou ont reçu des courriels   à   caractère   pornographique.   Dites   à   vos enfants de ne pas hésiter à vous en parler ouvertement s’ils se sentent menacés ou perturbés par des courriels ou des sites Web.

 

             Surveillez les activités de vos enfants

                                                                                

Lorsqu’on a demandé aux parents canadiens ce que font leurs enfants en ligne, ils ont répondu que ceux-ci utilisent l’Internet essentiellement à des fins éducatives et de recherche. Mais si l’on tient compte des réponses des enfants, les travaux scolaires ne figurent même pas dans les trois premières réponses quilont données.

 

Pour savoir à quelles activités vos enfants se livrent, assoyez-vous avec eux à l’ordinateur et posez-leur des questions. Bien que les adolescents aimeronmoins ce genre d’intrusion, les plus jeunes seront heureux de voumontrer leurs sites préférés et de vous parler des conversations en ligne et des jeux virtuels.

 

Assurez-vous d’installer l’ordinateur dans une salle familiale et non  danlchambre duenfant, afin de pouvoir surveiller plus facilement les activités en ligne. Apprenez à vérifier l’historique de votre fureteur afin de voir les sites visités. Si vous constatez que vos enfants ont accédé à des renseignements inappropriés, ne soyez pas trop critique. Discutez du contenu avec vos enfants et expliquez-leur pourquovous n’approuvez pas. Montrez- leur à utiliser des moteurs de recherche qui s’adressent aux enfants tels quTakatrouver.com ou Indexplorian (www.explorian.com/fra/exploria.asp).

 

Si votre enfant a créé sa propre page Web, assurez-vous d’en vérifier le contenu. Sosite ne doit contenir aucun renseignement personnel et ne doit pas afficher non plus des rumeurs ou des potins au sujet dautres personnes.

 

Finalement, demandez-leur s’ils utilisent la messagerie instantanée ou les bavardoirs. Quels nomutilisent-ils pour s’identifier sur le net ? Combien d’adresses électroniques ont-ils ? Est-ce qu’ils ondes entretiens avec des personnes qu’ils ont rencontrés sur Internet ou reçoivent-ils des courriels de ces personnes ?

 

Les bavardoirs sont sans doute les outils informatiques les plus dangereux. Les pédophiles y accèdent pour établir une relatiode confiance avec les enfants et les inciter à avoir des conversations à caractère sexuel. Assurez-vous que votre enfant comprend qu’il ne doit jamais donner des renseignements personnels : nom, âge, sexe, adresse, numéro de téléphone ou code postal.

 

   Établissez des règles

 

Règles recommandées par leurs parents et enseignants. Ils doivent être respectueux en ligne et ne doivent jamais envoyer des messages impolis ou des menaces.

 Voudevez établir des règles pour assurer l’utilisation acceptable de l’Internet. Bien que plusieurs parents se préoccupent du temps que leurs enfants passent à naviguer, les statistiques de RéseaÉducation-dias révèlent qules jeunes consacrent encore plus de temps à regardeltélé ou à écouter de lmusique. Néanmoins, il est important d’établir des règles concernant l’utilisatiode l’Internet, notammendes limites de temps, les sites recommandés et les consignes d’utilisation appropriée.

 

Affichez les règles de navigation près de lordinateur ou encore, rédigez un contrat familial que chaque membre devra signer. Par exemple, les enfants de moins de huit ans ndoivent pas utiliser l’Internet sans supervision.  Ils doivent partager unadresse électronique familiale et ne doivent jamais accéder à des bavardoirs. Les ados doivent seulement accéder aux bavardoirs approuvés par leurs parents et ne doivent jamais donner de renseignements personnels sans permission. Ildoivent accéder aux sites Web

Même si les adoonbesoin de plus de liberté en ligne, ils doivent comprendre quil ne faut jamais communiquer des renseignements personnels et qu’il est inacceptable de prendre part à des potins ou des rumeurs en ligne. Imposez- leur des limites, comme aucun accès à l’Internet après minuit les soirs d’école. Les ados doivent aussi être conscients des conséquences légales associées à certaines pratiques, tel le téléchargement de chansons et de films, le piratage (c.-à-d. l’utilisation de programmes pour accéder à des données protégées ou la destruction de sites Web), et le vol de photos et de texte dans des sites Web.

 

 Sites Web sur la sécurité sur Internet 

 

 Réseau Éducation-Médias (www.media-awareness.ca)

 Jeunesse Jécoute

(http://jeunesse.sympatico.ca/fr/about/safety.asp)

 MSN – Cyber-sécurité

(http://cybersecurite.msn.ca/default.asp)

 Page Web de la GRC - La sécurité suInternet (http://www.rcmp-grc.gc.ca/mb/internet_f.htm) et (http://www.rcmp- grc.gc.ca/html/websafety_f.htm)

 Elmer léléphant prudent – La sécurité sur Internet http://www.elmer.ca/french/thinksafe/index.htm

 Conseil canadien de la sécurité

(http://www.safety- council.org/CCS/sujet/enfants/enfants.htm)

 

  Services à la famille offre de laide confidentielle et professionnelle portant sur diverses questions personnelles et liées au travail.

 

 Copié et modifié pour servir                 Mer ROUAK


La ville de Reutlingen (Allemagne), dans une rue proche d’une école, met en garde contre les imprudents. AFP/Christoph Schmidt  

La revue « LE PARISIEN WEEK-END » alerte toutefois sur les cicatrices qui entraînent parfois une intervention chirurgicale afin d'être ôtées. Selon l'étude, ces opérations coûtent au système de santé américain trois milliards de dollars par an. Les auteurs remarquent qu'avant 2007 et l'arrivée du premier iPhone sur le marché, ces accidents étaient bien moins fréquents. Avant, les téléphones mobiles étaient déjà populaires, mais leurs fonctions étaient limitées et offraient donc moins de possibilités de distraction que les smartphones récents.

Peu dangereux pour les autres piétons, les « smombies » le deviennent dès que leur route croise celle des automobilistes. Une enquête menée en France par le constructeur Ford, en avril 2019, pointe l'étendue du phénomène : 65 % des Français reconnaissent consulter leur téléphone en marchant sur le trottoir ou en traversant à un passage piéton selon une étude réalisée par l'institut YouGov les 10 et 11 avril 2019 auprès d'un échantillon de 1003 personnes âgées de 18 ans et plus, alors qu'ils étaient à peine plus de 50 % en 2015. Et ce chiffre explose chez les plus jeunes : 91 % des 18-34 ans avouent poursuivre une conversation portable à la main en s'engageant sur la chaussée. Au total, 6 % d'entre eux ont déjà eu un accident.

«Lâche ton écran

 

 

Copié et modifié pour servir la jeunesse / rouakad@yahoo.fr

«Thank you for visiting ispalmiers»