Dimitri Ivanovitch MENDELEÏEV
Chimiste russe (1834-1907)

Dmitri Mendeleïev né le 27 janvier 1834 (8 février 1834 dans le calendrier grégorien) à Tobolsk et mort le 20 janvier 1907 (2 février 1907 dans le calendrier grégorien) à Saint-Pétersbourg, est un chimiste russe.Malgré l’étendue de ses travaux, Mendeleïev est principalement connu pour sa classification périodique des éléments qu’il proposa en 1870. En classant les éléments par ordre croissant de leur poids atomique, il montre que c’est de cette donnée dont dépendent les propriétés chimiques des éléments. Il laisse dans son tableau des cases vides, prévoyant la découverte de nouveaux éléments dont il connaissait déjà les caractéristiques. Il s’implique ensuite dans des recherches sur les solutions aqueuses, la compressibilité des gaz ou la nature du pétrole.


Gay-Lussac Chimiste et physicien français (1778-1850)
Reconnu pour ses travaux sur les propriétés des gaz, s’illustre dès 1802 en découvrant la loi sur la dilatation des gaz (tous les gaz se dilatent de façon uniforme entre 0 et 100°C). En 1804, deux expéditions en ballon (dont l’une a plus de 7000 mètres, record à l’époque) lui permettent d’étoffer ses expériences sur la composition de l’air et le magnétisme terrestre. D’autres réussites vont contribuer à la réputation du chimiste. Il prouve ainsi que les gaz se combinent selon des rapports simples, isole pour la première fois l’atome de bore et participe à l’amélioration des procédés industriels de fabrication de l’acide sulfurique notamment.


Svante August ARRHENIUS 
Chimiste suédois (1859-1927)
Prix Nobel de chimie en 1903
Ses travaux sur la dissociation électrolytique constituent les bases de la chimie physique et de l’électrochimie. Il prouve que dans les solutions électrolytiques, les composés chimiques dissous sont dissociés en ions, même en l’absence de courant traversant la solution. 
Il démontre l’influence de la température et de la concentration des espèces activées sur la vitesse d’une réaction. La loi qui porte son nom met ainsi en évidence la variation de la constante d’équilibre d’une réaction chimique en fonction de la température. 


Amedeo Di Quaregna AVOGADRO
Chimiste italien (1776-1856)
L’intérêt d’Avogadro pour la compression et la dilatation des gaz débouche en 1811 sur la loi qui porte désormais son nom : deux volumes égaux de gaz différents, dans les mêmes conditions de température et de pression, contiennent le même nombre de molécules. Cette loi, qui fait la distinction entre atomes et molécules, est un concept de base de la chimie moderne.


Henri BECQUEREL

Physicien français (1852-1908)
Prix Nobel de physique en 1903

Né dans une famille de grands scientifiques, Becquerel se distingue tout d’abord par ses recherches sur la phosphorescence, la spectroscopie infrarouge ou encore l’absorption de la lumière par les cristaux. En 1896, il fait la découverte de la radioactivité et offre ainsi de nouvelles connaissances de la nature. Il partage en 1903 le Prix Nobel de Physique avec Pierre et Marie Curie pour leurs travaux sur la radioactivité.


Antoine Laurent de LAVOISIER
Chimiste français (1743-1794)
Grâce à ses nombreux travaux, Lavoisier est aujourd’hui reconnu comme un des créateurs de la chimie moderne. Ses découvertes sur la composition de l’air et de l’eau, sur le rôle de l’oxygène dans les réactions de combustion ou sur la conservation de la masse ne sont qu’un échantillon de l’étendue de ses travaux. Dans le célèbre « Traité élémentaire de la Chimie », il met en place, avec d’autres chimistes, une nouvelle nomenclature chimique que toute la communauté scientifique adoptera. 


Henry LE CHATELIER

Chimiste français (1850-1936)
Malgré sa formation d’ingénieur, Le Chatelier opte très vite pour la recherche. Ses travaux sur la thermodynamique et l’équilibre chimique aboutissent en 1888 à la loi qui porte son nom. Celle-ci prévoit que si l'on modifie les conditions imposées à un système initialement en équilibre stable, ce dernier évolue dans le sens qui tend à le ramener dans son état initial. Il encourage également l’application de la chimie dans l’industrie grâce à ses travaux sur l’ammoniac, le ciment, l’acier et la céramique.


Gilbert Newton LEWIS
Physicien et chimiste américain (1875-1946)
Rendu célèbre grâce à son modèle d’écriture des formules moléculaires, appelé modèle de Lewis, il fut le premier à identifier la caractéristique essentielle de la liaison covalente, à savoir une paire d’électrons partagée entre deux atomes. On le connaît également pour sa définition des acides, selon laquelle un acide possède un déficit d’électron et une base un excès d’électrons. C’est lui qui, en 1924, proposa le terme «photon» pour désigner un quantum d’énergie.


Alfred NOBEL 
Industriel et chimiste suédois (1833-1896)
Alfred Nobel est le célèbre inventeur de la dynamite. Grâce à cette découverte, il contrôle plusieurs usines dans le monde et amasse une fortune gigantesque. A sa mort, son testament stipulait que la plus grande partie de sa fortune devait servir à créer un fonds destiné à des prix remis chaque année pour récompenser des travaux dans le domaine de la physique, de la chimie, de la médecine, de la littérature et de la paix dans le monde. Depuis 1969, il existe aussi un prix Nobel en économie.


Louis PASTEUR
Chimiste et biologiste français (1822-1895)
Recherches sur la stéréochimie, étude de la fermentation ou réalisation d’une méthode de conservation des bières (la pasteurisation), les domaines de réflexion et d’action de Pasteur ne manquaient pas. A partir de 1870, il se consacre exclusivement aux maladies infectieuses. Il identifie de nombreuses infections, comme le staphylocoque, et trouve notamment le vaccin contre le charbon. En 1885, après de nombreuses difficultés, il obtient la gloire avec la découverte du vaccin contre la rage. 


Ernest RUTHERFORD 
Physicien britannique (1871-1937)
Prix Nobel de chimie en 1908

Considéré comme le père de la physique nucléaire, Rutherford se distingue dans un premier temps pour ses études sur le rayonnement. En effet, il identifie ses trois principaux composants, qu’il baptise rayons alpha, bêta et gamma. Ses études sur le rayonnement et la radioactivité le conduisent ensuite à élaborer une théorie de la structure atomique. Il est ainsi le premier à prouver que l’atome est formé d’un noyau chargé positivement au sein duquel est concentrée toute sa masse. En 1919, il réalise également la première transmutation artificielle en transformant, grâce à un bombardement de rayons alpha du radium, de l’azote en un isotope de l’oxygène.


Joseph John THOMSON
Physicien britannique (1856-1940)
Prix Nobel de physique en 1906

Grâce à ses nombreuses expériences sur le phénomène des rayons cathodiques, Thomson est notamment à l’origine de la découverte de l’électron. En 1897, il annonce que les rayons cathodiques sont constitués de particules chargées négativement, les électrons. Il observe également la production de particules positives et en conclue que l’atome est constitué à la fois de particules positives et négatives. Il imagina alors un modèle atomique, nommé Plum-Pudding, vite remis en cause par la théorie de Rutherford. Cela n’empêche pas Thomson d’être honoré par la communauté scientifique et de recevoir le Prix Nobel de Physique pour ses nombreux travaux.